Madame Mathilde Charpigny
Lieu-dit Haras de la Vergne - 24270 Lanouaille
N°TVA : 79524471133

Actualités

Le dépistage de la dysplasie 28/07/2020

Les reproducteurs bouviers bernois du Haras de la Vergne ont été testés pour la dysplasie et déclarés aptes à la reproduction.

Lire Plus
Gros plan sur l’actualité en ligne 28/07/2020

Retrouvez régulièrement sur cette page les dernières actualités de notre société...

Lire Plus
Conseils d’éleveurs canins professionnels

Conseils d’éleveurs canins professionnels

Trouvez le chien qui vous correspond en suivant nos conseils d’éleveurs canins professionnels en Dordogne. Passionnés par notre activité d’élevage de bouviers bernois et bassets hound, nous partageons avec plaisir notre expérience.

• Choix de la race

Il y a assez de races pour que chacun trouve celle qui lui correspond le mieux.Le choix peut porter sur :

  • L’esthétique :
    • grand ou petit
    • gros ou maigre
    • poil court ou long
    • nez long ou écrasé…
  • La fonction :
    • compagnie
    • garde
    • chasse
    • troupeau
    • sauvetage
    • aide aux handicapés…
  • Le caractère :
    • doux ou fort
    • indépendant ou pot de colle
    • sportif ou pantouflard
    • sociable ou non…
  • Le budget

    Malheureusement, il faut y penser…Il y a l’achat du chiot mais aussi son entretien journalier et les imprévus.

Réfléchissez, renseignez-vous, déplacez-vous chez des éleveurs, ne cédez pas à un coup de tête, une pulsion ou un caprice

  • Vous partez pour de nombreuses années
  • Un chien doit être un plus dans une famille et non pas de l’esclavage, pour vous ou pour lui.

Si vous aimez une race, vous devez la respecter et, de ce fait, peut-être décider de ne pas la choisir.

 

• Le choix du sexe

Il y a assez de races pour que chacun trouve celle qui lui correspond le mieux.Le choix peut porter sur :

 

Si vous n’avez jamais eu de chien, si vous avez toujours envers les chiens une légère appréhension, si vous manquez d’autorité, si vous avez de jeunes enfants à la maison ou en projet d’en avoir, si vous avez déjà un chien dominant, la réponse est claire : choisissez une femelle. Un mâle est aussi affectueux, par contre, mal éduqué, il peut devenir dominant, donc dangereux s’il n’est pas contrôlé

 

• Le Choix de l’élevage

Où acheter son chiot ?

L’élevage du Bouvier Bernois n’est pas une chose facile. Je vous conseille bien sûr de vous rapprocher d’un éleveur professionnel ou d’un vrai amateur passionné, surtout pas d’un marchand sans scrupule ,ou d’un particulier qui veut comme je l’entends parfois rentabiliser sa chienne ou de gens inexpérimentés qui voulant pouponner font un peu n’importe quoi.
Toutes ces personnes vous vendront peut-être ( ce n’est même pas sûr ) le chiot un peu moins cher. Tout à un coût et le travail de sélection entraîne d’énormes frais et beaucoup de sacrifices.

Posez des questions clés :

      - Etes vous éleveur professionnel ?

      - Si vous êtes amateur, avez-vous un affixe ?

      - Faites-vous partie du Club de Race ?

      - Etes vous signataire de la charte de l’élevage.


Cette dernière question vous donnera la certitude que les consignes du club de race (AFBS) sont respectées A savoir que tous les reproducteurs sont LOF, sont contrôlés et aptes pour la dysplasie, que le programme pour la cotation des géniteurs est suivi, que les conditions de vie du cheptel dans cet élevage sont garanties et contrôlées ( vous pourrez lire le détail de cette charte dans mon lien avec l’AFBS )
Le premier contact se fera certainement par téléphone. Ne soyez pas surpris si l’éleveur vous pose quelques questions, non pas par indiscrétion mais pour savoir si vous pouvez accueillir dans de bonnes conditions un bébé. Il vous guidera sur le sexe et le fait de prendre un chien d’exposition ou de compagnie.

Difficile d’être éleveur nous devons être polyvalents :

  • éleveur : Notre quotidien : l’entretien, les soins, le toilettage, l’alimentation, les accouchements, les biberons, les expositions, et j’en passe.
  • gestionnaire : administration, comptabilité…
  • Commerciaux pour faire vivre et améliorer sans cesse notre élevage.


Alors pitié, prenez rendez-vous. Il nous est très difficile de vous recevoir correctement à certaines heures, ma casquette d’éleveuse sera toujours prioritaire pour le bien-être de mes chiens ; je tiens à leur garder un rythme de vie bien régulier.

 

• Le choix du chiot

S’il est possible de réserver un chiot dès sa naissance, il est, à mon avis, fort difficile de le choisir avant 6 ou 7 semaines, âge où son physique et son caractère se dessinent.

Si vous venez en famille, respectez la tranquillité de la maman, sachez vous montrer discrets, pas de bruit, même si vous en mouriez d’envie ne sautez pas sur les chiots pour les prendre dans vos bras et les embrasser. Il est important, pour des raisons de prophylaxie, de ne pas toucher les bébés. De plus, cela peut inquiéter la maman. Faites attention également aux enfants, un accident est vite arrivé, les bébés sont fragiles et gambadent partout.

L’éleveur vous montrera les chiots disponibles. Ne faites pas une fixation sur la taille ou le poids : le plus gros de la portée à 2 mois ne le sera peut-être pas adulte.

Si vous avez choisi cet élevage, c’est que vous faites confiance à l’éleveur. Vous lui avez déjà exposé ce que vous attendiez de votre futur compagnon, il saura donc très bien vous guider pour une première sélection. Pour le choix final, laissez parler votre cœur et celui du bébé car d’une famille à l’autre son attitude peut être différente.

 

• Le jour de l’arrivée

Si vous pouvez venir accompagner, c’est mieux : le passager pourra s’occuper du bébé le temps du voyage. Prévoyez une serviette de toilette, de l’essuie-tout, une gamelle, de l’eau, une petite laisse et un collier. Pendant le trajet, arrêtez-vous toutes les 2 heures pour les petits besoins, proposez de l’eau mais pas de nourriture.

Il est bien que le chiot arrive dans sa nouvelle famille pendant la journée. Il aura ainsi le temps de visiter et de s’habituer à son nouvel environnement avant d’être couché. Si vous pouvez prendre quelques jours de congé ou au moins le week-end pour son arrivée, c’est l’idéal.
En quittant l’élevage, votre chiot subit un stress, alors soyez patients, ne le présentez pas tout de suite à toute la famille, aux amis, aux voisins, et au boulanger …

Pour un bon démarrage il faut du calme à votre bébé : évitez aspirateur, sèche-cheveux, tondeuse à gazon, portes qui claquent, enfants qui crient en voulant attraper le bébé, pas de bain même s’il a été un peu malade pendant la route. Proposez à l’arrivée de l’eau mais respectez les horaires normaux pour la nourriture, même s’il a sauté un repas pendant la route. Ne soyez pas surpris s’il boude ses croquettes au démarrage.

Pour la première nuit, choisissez un endroit calme qu’il aura déjà découvert dans la journée, mettez-lui ses petites affaires. Vous pouvez laisser une lumière tamisée. La première nuit (peut-être même la suivante) est souvent difficile. Ne soyez pas trop proche de votre chiot en début de soirée, laissez-le trouver ses repères dans la pièce où il va dormir, allez vous coucher sans qu’il s’en aperçoive, fermez la porte de la pièce où il se trouve sans lui parler, comme si cela était tout à fait naturel. Même si cela paraît dur de l’entendre pleurer, résistez à l’envie d’aller le voir, sinon vous serez de corvée toutes les nuits….

 

• La propreté

Dès son arrivée, avant même de rentrer à la maison, placez le bébé tout de suite dehors, à l’endroit où vous voulez qu’il fasse ses besoins ; laissez-le tranquille en restant à côté de lui. Dès qu’il se soulage, félicitez-le vivement en utilisant toujours les mêmes mots, puis rentrez-le à la maison. Chaque fois que vous le ressortirez pour ses besoins, ramenez-le à cet endroit, il comprendra très vite qu’en se soulageant là il vous fait plaisir. Sortez-le régulièrement, un chiot, comme un bébé humain, ne peut se retenir longtemps et ce jusqu’à l’âge de 4 ou 5 mois. Sortez-le le plus tard possible le soir et le plus tôt possible le matin, dès qu’il se réveille d’une sieste ou qu’il a mangé.

Si malgré tout, un petit oubli survient, voici l’attitude à adopter : à l’élevage, les bébés sont habitués à ce que leur mère mange leurs déjections. Si votre boule de poils vous voit nettoyer derrière lui, il va penser que vous faites comme sa mère et trouvera ça naturel. Il est donc recommandé de nettoyer pendant que votre chiot est occupé ailleurs. Si vous le voyez se soulager dans un endroit interdit, et seulement si vous le prenez sur le fait, dites-lui «NON» fermement et mettez-le à l’endroit où vous voulez qu’il fasse ses besoins ; lui mettre le nez dedans est une mauvaise idée reçue, il va penser qu’il doit, comme sa mère auparavant, manger ses excréments ou se cacher pour que vous ne les trouviez pas. Evitez l’eau de Javel pour nettoyer, le chlore attire les chiens.

• Le sommeil


Il est garant de l’équilibre et de la croissance de votre chiot ; ce dernier a besoin de beaucoup dormir, grandir l’épuise, respectez et fait respecter son sommeil, même si vous mouriez d’envie de jouer avec le bébé ; que votre chiot ait un coin bien à lui où il peut se réfugier pour dormir et être tranquille.

• La socialisation

Après avoir fait attention de ne pas stresser votre chiot les premiers jours, familiarisez-le vite aux bruits ménagers, puis faites-lui découvrir l’extérieur et l’animation de la ville (attention, ne le fatiguez pas pour autant).

Si votre chiot montre de la méfiance, ne le surprotégez pas ; gardez une attitude calme, faites comme si tout était normal, surtout ne le prenez pas dans vos bras pour le réconforter et le «bisouiller». Il comprendra très vite qu’en ayant une attitude de peur, il attire votre attention et se fait cajoler ; en agissant ainsi votre chien deviendra complètement dépendant de vous, n’aura plus d’autonomie et risquerait d’être peureux.

 

• L'absence

Pour ne pas être esclave, votre chiot doit apprendre à rester seul. Cela lui donnera de l’autonomie, très important pour la race que vous avez choisie. Votre chien doit vous aimer mais doit aussi pouvoir exister sans vous. Le sur-attachement est très dangereux, il entraîne des troubles de comportement profonds.

Chaque fois que vous quittez votre chien, faites-le de façon naturelle, sans cérémonie ni explication, du genre : « maman s’en va, elle va revenir tout de suite », pas d’effusion non plus à votre retour ; si vous gardez un comportement serein, il trouvera vos absences normales et tout se passera bien ; sinon, attention aux dégâts et aux aboiements.

Un petit conseil : lors de vos premières absences, mettez hors de portée tout ce qui est dangereux ou précieux… Mettez à sa disposition des jouets.

 

• La punition

Vous ne pouvez punir uniquement que si vous le prenez sur le fait, dites «NON» d’une voix très ferme mais calme, au besoin vous pouvez le secouer par la peau du cou ; cela lui rappellera les mises en garde de sa mère.

• La croissance

Mes recommandations vont vous paraître draconiennes, mais si vous voulez avoir un beau chien, et surtout un chien en bonne santé, respectez scrupuleusement les règles suivantes :

  • Pas de promenades jusqu’à l’âge de 10/12 mois. Ne sollicitez pas votre chiot, jouer dans le jardin est grandement suffisant ; si vous allez dans un coin sympa, ne vous privez pas de sa présence mais asseyez-vous et amusez-vous à le regarder batifoler autour de vous.
  • Pas de jeux effrénés du style « va chercher la baballe »pendant une demi-heure.
  • Attention s’il joue avec d’autres chiens : il peut se fatiguer ou se faire bousculer.
  • Ne pas l’élever sur du carrelage glissant, dangereux pour les ligaments.
  • Ne lui laisser pas monter et descendre les escaliers.
  • Idem pour monter et descendre de la voiture.
  • Attention à ne pas le laisser sur un fauteuil ou sur un lit (il n’a d’ailleurs rien à y faire), à 2 mois il est très pataud et peut se faire mal en essayant de descendre tout seul.

Au niveau de son physique, il va changer très vite : de bouboule, il peut devenir asperge en quelques mois, avoir par moment l’arrière plus haut que l’avant, style brouette, c’est normal, tout rentre dans l’ordre avec le temps.

Vous allez me trouver très rabat joie, mais voilà, j’en ai fini de mes conseils. Bientôt vous pourrez profiter pleinement de votre chien.

 

• La toilette

Très vite, apprenez à votre chiot à être toiletté. Il appréciera ce moment privilégié où vous êtes aux petits soins pour lui.

La première fois, la séance ne doit pas être longue, juste lui apprendre à rester tranquille. Il est préférable de le mettre sur une table réservée à cet usage, bien stable et au-dessus non glissant, cela vous évitera de vous casser le dos et, votre chien étant en hauteur, sera moins indiscipliné. Attention, comme un bébé sur une table à langer, gardez toujours une main sur lui pour qu’il ne tombe pas. Une séance par semaine est suffisante pour avoir un chien impeccable, à condition de le faire correctement. Utilisez un peigne métallique et démêlez votre chien mèche par mèche en allant jusqu’à la racine. Si vous ne brossez que le dessus, gare aux nœuds et ce qui doit être un plaisir deviendra vite une corvée pour vous et votre compagnon. Pour finir, vous pouvez donner un coup de brosse qui gonflera la fourrure. La touche finale un petit coup de spray d’huile de vison ou de jojoba pour nourrir le poil et laisser une odeur agréable.

Le bain, contrairement aux idées reçues, il n’abîme pas la fourrure bien au contraire, à condition de ne pas utiliser un shampoing pour cheveux, le PH étant différent de celui du poil.

Profitez du toilettage pour regarder si votre chien n’a pas de puces, de tiques, d’irritations ou de bobos. N’oubliez pas de nettoyer les oreilles, surveillez également les dents ; votre chien va changer de dentition entre 4 et 6 mois, lorsqu’il sera plus grand, surveillez qu’il n’ait pas de tartre.

 

• La marche en laisse

Dès que votre petit bout aura pris ses marques et qu’il vous suivra partout dans le jardin, mettez-lui son collier et sa laisse. Au début, laissez-vous promener pour qu’il accepte son nouvel attirail. Petit à petit, prenez les rennes en mains, vous devez très vite lui faire comprendre qu’à la laisse, il ne doit ni tirer ni vous dépasser ; dès que cela se produit, dites NON fermement en associant ce NON d’un coup sec sur la laisse de façon à le ramener à votre pied. Quand il est en place, vous lui dites « c’est bien » et vous relâchez la tension sur la laisse. En 1 ou 2 séances, votre chien aura compris et cela pour la vie entière.

• Les vaccins, les vermifuges

Votre chiot a été vacciné  à 8 semaines (Carré, parvovirose, hépatite, leptospirose, toux du chenil. A 3 mois, il doit avoir un rappel plus le vaccin de la rage. Attention, durant toute sa vie, il devra être vacciné annuellement. A l’élevage, votre chiot a été vermifugé très régulièrement contre les parasites internes. Vous devez prendre le relais et le faire tous les mois jusqu’à 8 ou 10 mois, puis 2 fois par an. Si vous avez d’autres animaux à la maison, vermifugez tout le monde avant l’arrivée du bébé.

Pour voyager, demandez à votre vétérinaire de vous établir un passeport européen pour votre compagnon.

• Les chaleurs

Une petite chienne peut venir en chaleur entre 8 et 12 mois. La première semaine, elle va uniquement saigner et se lécher ; la deuxième semaine, la vulve sera gonflée et les saignements vont s’éclaircir. Attention, la période critique où elle attire les chiens du quartier se situe en principe entre le 10ème et le 16ème jour. Gare aux portes ouvertes ou aux trous sous le grillage, un accident est vite arrivé et, croyez-moi, si la reproduction des chiens de race est difficile, soyez certains que le « Médor » du coin ne loupera pas son coup.

Elever une portée est une chose merveilleuse, mais pas du tout évidente et non sans risque pour des novices. Si vous n’envisagez pas de la faire saillir, choisissez de la faire stériliser Parlez-en à votre vétérinaire, je suis sûre qu’il vous conseillera la même chose. Cela évitera à votre chienne des risques de problèmes utérins et mammaires. Si vous décidez de faire porter votre chienne, attendez qu’elle ait au moins 2 ans _ et rapprochez-vous d’un professionnel qui vous expliquera les démarches administratives ( confirmation, radios, déclarations scc), vous guidera pour le choix d’un étalon, vous donnera des conseils pour éviter de faire prendre des risques à la maman et aux chiots.

• La confirmation, les expositions

Votre chiot est inscrit au LOF (Livre des Origines Français) ; Cela veut dire que ses parents ont un pedigree et que la portée est déclarée à la Société Centrale Canine. Quelques semaines après son départ, vous recevrez le Certificat de Naissance. Pour le transformer en pedigree définitif (qui donne le droit à votre chien de reproduire à son tour), il faut le faire confirmer, à partir de l’âge de 15 mois, dans une exposition canine.
Si d’aventure les expositions vous tentent, téléphonez-moi : je vous expliquerai comment engager, préparer et présenter votre chien. Cela vous donnera la joie de voir d’autres chiens de la même race que le vôtre, de rencontrer des personnes qui ont la même passion que vous. Par contre, si à vos yeux votre chien est le plus beau, il vous faudra admettre que le juge lui trouve des défauts, qu’il trouve que votre façon de le présenter laisse à désirer (normal, vous ne savez pas faire…), le tout dit par certains juges sans ménagement et sans le sourire…….

Dur d’être exposant : certains baisseront les bras dès la première exposition, se demandant dans quel monde ils sont tombés ; d’autres se prendront au jeu, apprendront à présenter leur chien, à le comparer aux autres et à accepter les règles du jeu qui sont parfois déroutantes et impitoyables. En toutes circonstances, restez fair-play, gardez votre bonne humeur : les expositions doivent rester un plaisir. Votre chien est tel qu’il est, aimez-le ainsi, il vous le rendra bien. Lui ne vous juge pas sur votre physique…

• L'alimentation

Deux choix se présentent à vous : l’alimentation traditionnelle (viande et légumes) et l’alimentation industrielle.

- L’alimentation ménagère est certes idéale à condition d’équilibrer correctement la ration par rapport aux besoins de votre chien et non par rapport à vos goûts culinaires. Désavantage : elle est onéreuse. Il n’est pas question de donner des restes de table ou des déchets donnés par le boucher. Il est fastidieux le soir, après une journée de travail, le ménage, les enfants, les courses et la cuisine pour toute la famille, de faire un repas équilibré pour votre toutou ; cela peut devenir une corvée.

- L’alimentation industrielle : le marché étant porteur, les grandes marques d’aliments ont fait d’énormes progrès quant à la qualité de leurs croquettes ; pour chaque race, pour chaque âge, il existe une gamme adaptée. C’est pour cela que je vous conseille cette façon de nourrir votre chien. Par contre, il y a croquettes et croquettes : si extérieurement elles se ressemblent toutes, les matières premières utilisées sont primordiales. Choisissez toujours un haut de gamme. Ne pensez pas faire des économies en achetant des croquettes à bas prix dans un supermarché : la quantité journalière serait augmentée, vous risquez de rencontrer des problèmes de poids et de croissance, les frais vétérinaires seront bien supérieurs à l’économie du départ. En choisissant la qualité, vous êtes sûrs de faire au mieux pour votre compagnon.


L'alimentation du chiot

Ne suralimentez pas votre bébé pendant le croissance : s’il doit être grand et costaud, il le sera bien assez tôt, le squelette doit d’abord se construire pour supporter la masse, sinon vous risquez des problèmes au niveau des aplombs de votre chien et même de dysplasie.
Le nombre de repas :

  • de 2 à 6 mois : 3 repas
  • de 6 à 12 mois : 2 repas
  • après 1 an : 1 ou 2 repas

Ne laissez pas la gamelle en permanence à votre chiot : il picorera toute la journée, sans avoir faim aux repas, tout comme un enfant qui a le droit de grignoter avant les repas. Ne changez pas son alimentation : je vous ai donné, le jour du départ, les croquettes avec lesquelles il a été élevé ; tout changement peut entraîner des diarrhées.
Lors de l’arrivée chez vous, il se peut que votre bébé fasse la grève de la faim. Je dirais que c’est normal : il y a le stress du départ et surtout il n’y a plus la compétition entre ses frères et sœurs. Ne vous affolez pas, ne commencez pas à dire « il n’aime pas ces croquettes » ; je vous le confirme, il les mangeait goulûment à l’élevage et n’a connu que celles-là ; il serait mort s’il n’avait pas mangé. Soyez patients, un chiot en bonne santé ne se laissera jamais mourir de faim. Agissez de la sorte : posez sa gamelle, continuez vos occupations sans le regarder ; s’il n’y touche pas, enlevez-là sans lui montrer votre inquiétude, sinon il comprendra vite que c’est une bonne façon de se faire cajoler. Ne représentez la gamelle qu’au repas suivant et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il reprenne l’appétit.

Récapitulatif sur les choses à ne pas faire :

Changer d’aliments.
Donner des friandises entre les repas (il n’aura plus faim pour les croquettes).
Donner à manger à la main en disant : « viens mon bébé, maman va te fait manger ».
Lui laisser en permanence sa gamelle.
La lui représenter toutes les 5 minutes parce qu’il n’y a pas touché.


Voici une courbe de poids approximative. Pesez votre chiot, montrez-le au vétérinaire pour qu’il vous donne son avis ou, si vous n’êtes pas trop loin, ramenez-le moi.

                                       Poids d'un chiot Bernois en KG par mois
Age en mois
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Minimum
2,5
6
11
15
20
25
30
34
36
37
38
39
Moyenne
3,6
8
14
20
26
32
36
39
41
42
44
45
maximum
4,5
11
17
26
33
38
42
45
47
49
51
52



- Les compléments alimentaires :

Si vous suivez mes conseils alimentaires au niveau de la qualité des croquettes, il est superflu d’ajouter des compléments. Cependant, il se peut que votre bébé pousse trop vite ou de travers. Dans ces cas-là, un petit coup de pouce est parfois bon, mais ne lui administrez rien sans mon avis ou celui de votre vétérinaire.

 

 Alimentation de l’adulte :

1 ou 2 repas ?
Le fait de donner 2 repas diminue la quantité ingérée, ce qui réduit le risque du retournement d’estomac. A mon sens, si le chien reste calme après avoir mangé, il est tout à fait envisageable de ne donner qu’un repas. Certains chiens pouvant avoir même leur gamelle pleine en permanence, ils se régulent tout seuls et mangent à heures régulières.
A éviter après le repas :

  • les promenades
  • les jeux avec les enfants
  • les saillies
  • toutes excitations extérieures


- Perte d’appétit :

Elle peut survenir lors de grosses chaleurs : donnez à manger tard le soir ou tôt le matin.
Votre chien peut également une baisse temporaire de l’appétit s’il ne présente pas d’autres signes ne vous affolez pas, il nous arrive parfois de ne pas avoir faim ..

- Trop goulu :

Il est mauvais pour lui de manger trop vite, il ne mastique pas et digère moins bien. Petite astuce ,vous pouvez lui éparpiller ses croquettes sur le sol, il sera obligé de les attraper une par une et non de les gober. Autre solution, mettre dans sa gamelle de gros galets mélangés à ses croquettes : il devra chercher ses croquettes.

-Les os :

Même jeune, rien ne vaut, pour le plaisir et l’entretien de ses dents, un gros os à pot-au-feu. Il vous laissera ainsi tranquille pendant des heures à le savourer.
Les os de lapin, voire de poulet, sont très dangereux car forment des esquilles qui peuvent lui perforer l’intestin. Les os plats, style omoplate, le sont tout autant, trop friables ils se mangent trop vite et entraînent une occlusion souvent fatale.

Au niveau de la quantité, respectez les taux que je vous ai donnés ou ceux indiqués par le fournisseur. En fonction de l’âge et de l’activité de votre chien, la quantité de sa ration et le type de croquettes devront évolués. Demandez-moi conseil ou rapprochez-vous de votre vétérinaire. Ne laissez jamais l’obésité arriver elle ne peut être qu’un handicap pour la santé et les vieux jours de votre compagnon.

Il est bien entendu que de l’eau fraîche doit être mise à volonté car les chiens ont besoin de beaucoup boire avec un aliment industriel.

 

 

 
Le choix de la race de votre chien

Le choix de la race de votre chien 

Que vous souhaitiez ou non adopter un chiot du Haras de la Vergne, nous vous proposons nos conseils d’éleveurs canins professionnels pour vous aider à choisir votre chien. Il existe suffisamment de races de chiens pour que chacun trouve celle qui lui correspondra le mieux. Le basset hound et le bouvier bernois n'ont par exemple pas le même tempérament. Grâce aux standards de morphologie et de tempérament, vous aurez une idée assez précise de ce que deviendra votre chiot en grandissant. 

Le choix de votre chien peut porter sur :

  • l’esthétique :
    • grand ou petit
    • massif ou fin
    • poil court ou long
    • nez long ou écrasé
  • la fonction :
    • compagnie
    • garde
    • chasse
    • troupeau
    • sauvetage
    • aide aux personnes handicapées
  • le caractère :
    • doux ou fort
    • indépendant ou « pot de colle »
    • sportif ou calme
    • sociable ou solitaire 

Vous aimeriez recevoir des conseils d'éleveurs de chiens ? En fonction de vos attentes et du caractère du chiot que vous adopterez, nous pouvons aussi vous aider à réussir l’éducation de votre compagnon en vous donnant des recommandations et des astuces pratiques. 

Le choix de l’élevage canin

Le choix de l’élevage canin : où acheter son chiot ? 

L’élevage de chiens n’est pas une chose facile. Nous vous conseillons donc bien sûr de vous rapprocher d’un éleveur canin professionnel ou d’un vrai amateur passionné, surtout pas d’un marchand sans scrupule, d’un particulier qui veut, comme nous l’entendons parfois, rentabiliser sa chienne, ou encore de personnes inexpérimentées qui, voulant pouponner, font naître des chiots sans s’en occuper comme il faudrait.

Toutes ces personnes vous vendront peut-être (ce n’est même pas sûr) un chiot un peu moins cher. Cependant, tout a un coût et un travail sérieux de sélection des chiens entraîne d’énormes frais et beaucoup de sacrifices. 

Lors de vos contacts avec l'élevage de bouvier bernois qui vous intéresse, posez des questions clés :

  • Êtes-vous un éleveur professionnel ?
  • Si vous êtes amateur, avez-vous un affixe d’élevage ?
  • Faites-vous partie du Club de Race officiel affilié à la Société Centrale Canine ? Pour le bouvier bernois, il s’agit de l’Association française des bouviers suisses (AFBS) et pour le basset hound, du Club français du basset hound (CBH).
  • Êtes-vous signataire de la charte de l’élevage ? 

Cette dernière question sur la charte de l’élevage vous donnera la certitude que les consignes du club de race sont respectées. Cela signifie que :

  • tous les reproducteurs sont inscrits au LOF, Livre des origines français
  • tous les reproducteurs sont contrôlés pour les maladies à dépister pour cette race, comme la dysplasie, et déclarés aptes à la reproduction
  • le programme pour la cotation des géniteurs est suivi
  • les conditions de vie du cheptel dans cet élevage sont garanties et contrôlées 

Vous pouvez lire le détail de cette charte pour la race qui vous intéresse sur le site du club de race : consultez la charte de l’AFBS ou la charte du CBH

Le premier contact avec l’éleveur de chiens se fera certainement par téléphone. Ne soyez pas surpris s’il vous pose quelques questions, non pas par indiscrétion mais pour savoir si vous pouvez accueillir un chiot dans de bonnes conditions. Il vous guidera sur le sexe et le choix de prendre un chien d’exposition ou de compagnie. 

Projetez-vous dans l’adoption de votre chien en découvrant nos portées.

Nous tenons à préciser qu’être éleveur implique une organisation précise car nous devons être polyvalents :

  • éleveurs : cela couvre notre quotidien auprès des animaux, comme l’entretien, les soins, le toilettage, l’alimentation, les mises bas ou accouchements, les biberons, les expositions...
  • gestionnaires : nous remplissons de nombreuses tâches administratives, de comptabilité…
  • commerciaux : cet aspect permet de faire vivre et d’améliorer sans cesse notre élevage

Pour faciliter notre organisation, nous vous prions de bien vouloir prendre rendez-vous avant de venir dans notre élevage canin. Il nous est très difficile de vous recevoir correctement à certaines heures et notre casquette d’éleveurs sera toujours prioritaire pour le bien-être de nos chiens. Il est important pour eux de conserver un rythme de vie régulier.

Pour prendre rendez-vous et faire connaissance avec nos chiens, contactez notre élevage canin de Lanouaille, en Dordogne, près de Périgueux, Brive-la-Gaillarde et Limoges.

Top
Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site